Duomo di Monreale

Cathédrale de Monreale

Règlement pour les visites des groupes (PDF) (90KB)

En 1172, le dernier roi normand, Guillaume II, surnommé le Bon, décide de construire sur un promontoire du Mont Caputo un monastère qu'il confiera aux moines de Saint Benoît. L'ensemble du complexe a été dédiée à la Mère de Dieu avec le titre de Santa Maria Nuova.
La construction la plus significative du complexe est l'église abbatiale. Un magnifique exemple de l'art byzantin - normand ou sicilo-normand. 
Des travailleurs qualifiés siciliens déjà experts dans l'art de la mosaïque ont œuvré pour sa construction, avec des artistes provenant de Constantinople. Les moines bénédictins apportèrent leur contribution et seulement quatre ans après la pose de la première pierre, ils habitaient l'abbaye.

La façade principale de la basilique se compose de deux tours puissantes qui accueillent le porche en style dorique toscan, qui remplace celui du seizième siècle fait construire en raison de l'effondrement de l'original.
La surface est constituée par 6400 mètres carrés de mosaïque, formée de pâtes de verre de couleur et d'or. Les murs racontent les histoires de la Genèse, dans la nef principale ; des Évangiles, dans le transept et dans les nefs mineures; l'abside centrale a des références claires au livre de l'apocalypse. Les absides mineures - diaconicon et prothesis - sont occupées par les histoires des apôtres Pierre et Paul. 
La cathédrale a subi deux interventions importantes.  La première en 1658 lorsque, en conformité avec les dispositions du Conseil de Trent, furent abattus les « murs » qui séparaient les nefs du sanctuaire, où se situait le chœur monastique.  C'est alors que fut démolie la grande chaire.

La deuxième intervention en 1811 après un incendie qui dévasta en particulier le transept. Une campagne de restauration menée entre 1812 et 1850, nous restitua la basilique restaurée dans son intégralité, comme nous la voyons aujourd'hui.
Dans le transept sud, les tombes des rois normands, Guillaume I, dit « le Mauvais » et Guillaume II, surnommé « le Bon ». Dans la partie nord celle de la reine Marguerite de Navarre, épouse du  « Mauvais » et les deux tombes de Roger et Henri, ses fils morts prématurément.
Dans la cathédrale, vous pourrez admirer des œuvres de grande valeur religieuse et artistique. La porte principale, œuvre de Bonanno Pisano en 1186, la plus grande porte en bronze de tout le Moyen-âge. Le maître-autel, tout en argent, racontant la vie de la Vierge, œuvre romaine de Luigi Valadier. Récemment, la précieuse icône, provenant de Constantinople, de la Mère de Dieu Hodêgêtria, du XIIe siècle est retournée au sein de la cathédrale.

Dans le transept nord, vous pouvez observer le seul sol datant de sa fondation, des épaisses dalles de marbre accueillent de précieuses marqueteries de mosaïque avec des tesselles de marbre et pâtes de verre, à certains endroits même des tesselles d'or. De là vous pouvez accéder à la chapelle baroque faite construire par l'archevêque espagnol Roano en 1690, magnifique exemple d'art avec des marbres bigarrés. 
Les objets sacrés et les ornements sacrés utilisés au sein de la cathédrale, peuvent être admirés dans le musée diocésain qui est accessible depuis le transept droit. 
Une visite aux terrasses de la cathédrale permet de se rendre compte de la grandeur de toute l'abbaye, dernière œuvre de la magnifique période normande.

Tour-opérateurs

Réservez votre visite

Pour réserver une visite, cliquez sur le lien ci-dessous et remplissez le formulaire.

Réservez votre visite

Écoles

Réservez votre visite

Pour réserver une visite, cliquez sur le lien ci-dessous et remplissez le formulaire.

Réservez votre visite

L'utilisation de cookies sur ce site permet d’améliorer votre expérience de navigation. Lire la politique sur les Cookies